Bienvenue à toi et merci de ton inscription !
Nous espérons vraiment que le forum te plairas
et que tu y trouveras ta place ! ♥️
Votre groupe doit gagner !
N'oubliez pas de recenser vos points ICI afin de faire gagner votre maison
à la fin du mois ! Vous pourrez ensuite dépenser vos points ICI
Envie de Rp ?
Rendez-vous ici afin de demander des rps ! Et pour en avoir un
avec un partenaire au hasard, il faut s'inscrire ici
Les membres du mois !
Bravo à nos deux membres du mois Jesus D. Moreno et Mary McDonald !
Le groupe du mois !
Bravo à vous les Serpentards ! Vous avez durement gagné
votre place de groupe du mois !

Partagez | 
 

 You made me angry, now deal with it # Sirius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voir le profil de l'utilisateur
Remus J. Lupin

avatar
Messages : 25 Points : 812 Date d'inscription : 21/10/2016

Message(#)Sujet: You made me angry, now deal with it # Sirius   Sam 22 Oct - 22:10

C'était stupide. Profondément stupide et inconscient. Mais le grand Sirius Black ne pouvait pas s'empêcher d'avoir de grandes idées brillantes et moi, je ne pouvais qu'approuver. Et bien non, cette fois, il m'était impossible d'aller dans sa direction, de donner raison à ses actes. Faire une farce à Rusard en colorant sa chère Miss Teigne en rose, ok, faire des sorties nocturnes pour me retrouver, ok, mais la blague de l'autre soir dépassait toutes les bornes. Me transformer n'était déjà pas une expérience très agréable, si en plus, on s'en servait pour une plaisanterie plus que douteuse... Y'avait des jours où j'avais vraiment envie de réduire mon ami à l'état de paté pour chien. Et je n'avais pas été tendre avec lui dès que je l'avais chopé avec James. Une des rares fois dans ma vie où je m'étais réellement énervé. Un nouveau soupir. Epuisé, sur les nerfs, je tentais une fois de plus de trouver le sommeil, enroulé dans une couverture qui venait du dortoir des Gryffondors. Mes amis avaient tout fait pour rendre l'endroit sympathique, mais sans eux, il n'avait pas d'âme. Je n'étais rien de plus qu'un gamin qui était effrayé par ses propres démons et qui sa cachait sous sa couette. Mon coeur battait tellement fort à mes tempes que j'en tremblais. Et la douleur des griffures que je m'étais infligées ne flaiblissait pas, malgré les potions de soin. Incapable de rester en place, je me levai pour attraper un livre sur une table, histoire de m'occuper l'esprit. Assis sur mon lit, mes yeux suivaient avec attention les lignes, mais j'avais l'impression que même en lisant, je ne retenais rien de ce qui était écrit. Comme si les mots se refusaient à moi...

Soudain, une présence discrète mais familière pointa le bout de son nez au niveau de la porte de la chambre. Ou plutôt le bout de sa truffe. Pourtant, je ne levais même pas le nez de mon bouquin, feignant de rester concentré sur ma lecture. L'ignorer. Voilà, c'était surement le mieux à faire. Je sentis plus que ne vis le Sirius s'approcher sous sa forme de chien. Avant qu'il ne soit trop près, je lui balançais sur un ton cinglant: "Dégage, Sirius, je n'ai pas envie de te parler. Pas maintenant. Et ce n'est pas la peine de me faire cette tête, t'es pas un chien battu."Oui, je le connaissais. Avec sa manie de prendre son air de chiot apeuré pour m'attendrir. Non, ça ne marcherait pas aujourd'hui. Il fallait qu'il comprenne. La phase descendante de ma transformation était aussi difficile que celle la précédent, je n'étais pas d'humeur à le pardonner, voilà tout. Et même si je n'en avais pas envie, je ne pus m'empêcher d'ajouter: "Tu sais que t'es vraiment con parfois?" Mon regard était sombre, et sa noirceur était accentuée par les cernes qui entouraient mes yeux. Je n'attendais pas vraiment de réponses, car c'était la vérité. Après tout, qui d'autre pourrait mettre une vie en danger sous prétexte qu'on le haissait? Je soupirais à nouveau, avant de me replonger dans mon livre, feignant de l'ignorer une fois de plus. Il avait intérêt à vite dégager sinon je n'étais pas certain de pouvoir rester calme. Après tout, un chien et un loup n'étaient pas censé faire bon ménage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black
Lion King

avatar
Messages : 32 Points : 1255 Date d'inscription : 15/09/2016

Message(#)Sujet: Re: You made me angry, now deal with it # Sirius   Sam 22 Oct - 23:03

Cette nuit a été difficile. Bien plus que les autres.
La matinée n'a pas été meilleure. Bien au contraire.
T'as fait une énorme boulette et tu t'en rend compte, mais il paraît que ce qui est fait est fait et tu n'as pas de retourneur de temps pour revenir en arrière, alors t'es bien obligé de faire avec. Tu n'aurais pas dû guider Servillus jusqu'au passage secret menant à la cabane hurlante, surtout pas un soir de pleine lune, mais sur le coup, tu pensais avoir eu une bonne idée. Depuis plusieurs jours, le Serpentard a été plus que fatiguant, toujours à vous suivre, à chercher à comprendre ce que vous cachiez et ça t'as un peu énervé. Déjà que tu ne peux pas le voir, si en plus il se met en tête de vous suivre... Sous la colère, t'as fais une chose que tu n'aurais jamais du faire et tu l'a invité à se rendre au Saule Cogneur, peu de temps avant que la lune ne se mette à briller dans le ciel. Tu pensais que si t'arrivais à lui faire suffisamment peur, il arrêterait de vous coller. Tu pensais bien faire. Seulement, les autres n'ont pas apprécié. Et c'est quand tu as vu arriver James prêt à sauver son pire ennemi que t'as compris que t'avais fait une connerie. Trop tard.

Le reste de la nuit a été longue. Bien entendu Remus s'est comporté comme à son habitude, mais c'est simplement parce que sous sa forme lupine, il est incapable de se servir de sa conscience humaine. James lui a été beaucoup moins conciliant, mais ce n'est qu'au levé du soleil que les choses se sont vraiment gâtées. James et Remus, ensemble, t'ont bien fait comprendre que tu avais dépassé les bornes et ça n'a pas été l'une des expériences les plus agréables de ta vie. Bien au contraire. Pour le coup, t'aurais bien aimé être Peter et pouvoir te transformer en rat pour te cacher dans l'un des trous de la Cabane Hurlante. Sauf que tu n'es pas Peter et que tu as dû assumer les critiques de tes meilleurs amis. Sans broncher. Tu étais en tord de toute façon, tu ne pouvais pas faire grand chose. Tu t'es contenté de partir juste après. Fait plutôt inhabituel. En général, tu restes auprès de Remus, pour l'aider à se remettre, à ne pas trop déprimer après la pleine lune, mais là tu savais très bien que tu n'étais pas le bienvenu; alors t'as filé. James a refusé de t'adresser la parole de toute la matinée et toi, t'es resté silencieux aussi. Là encore, ça ne te ressemble pas. Seulement, à force de ruminer, t'as fini par prendre une décision. Tu ne peux pas laisser la situation empirer.

Lorsque l'heure du repas arrive, tu laisses les autres aller s'empiffrer et profites de ta connaissance du château pour aller piquer une fiole d'essence de dictame. Remus doit certainement en avoir besoin. Une fois l'essence en poche tu sors du château et c'est sous ta forme de chien que t'approches du saule. C'est toujours plus plus simple. Tu connais bien la Cabane Hurlante désormais, il faut dire que tu passes toutes les nuits de pleine lune par-ici. Tu te diriges vers la chambre qu'occupe Remus le temps de se remettre de ses émotions. Toujours sous ta forme canine tu entres alors qu'il est sur le lit, toujours le nez dans l'un de ses bouquins. Tu t'approches avec prudence alors qu'il te demande déjà de partir. Malgré tout, tu souris intérieurement quand il te dit que tu n'es pas un chien battu. Ce genre de blague, c'est toi qui a tendance à les faire en temps normal. T'adores faire des blagues sur les particularités de tes amis. Tu ne fais pas demi-tour pour autant. Si t'es là c'est pour te faire pardonner et t'as bien l'intention d'y arriver. Tu viens poser la fiole de dictame sur le lit, à côté du loup-garou, que tu portais dans ta gueule jusque là. Tu poses tes yeux sur ton ami qui a l'air fatigué, même caché derrière son livre. Tu japes doucement quand il précise que tu es con. Ouais, ça tu le savais déjà. Incapable de parler sous cette forme, tu te contentes de t'approcher de lui et tu viens poser ta truffe contre son genou. Tu le pousse légèrement, comme un chien le ferait pour réclamer une caresse. Il faut dire que tu as vite appris à jouer les chiens. C'est plutôt pratique. T'insiste, mais tu finis par monter sur le lit en ne voyant aucune réponse. Tu t'assieds à ses côtés et pose ta tête sur son épaule, ton souffle chaud caressant sa joue. T'as pas envie de rester en froid avec Remus. C'est quelque chose que tu ne supporterais pas. Les Maraudeurs sont tout pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus J. Lupin

avatar
Messages : 25 Points : 812 Date d'inscription : 21/10/2016

Message(#)Sujet: Re: You made me angry, now deal with it # Sirius   Dim 23 Oct - 0:30

Sérieusement, il pensait vraiment que son petit numéro allait fonctionner? Foi de Remus Lupin, je ne céderai pas à sa tentative pour m'amadouer, ou du moins pas tout de suite, question d'honneur. Lorsque Sirius vint déposer un objet à côté de moi, je jetai un regard cuieux, remarquant alors une fiole qui devait contenir du dictame, à n'en pas douter. Comme à on habitude, il y avait pensé. Il savait combien je souffrais d'ordinaire, et même s'il l'avait apporté dans le but d'être pardonné, je ne pus empêcher un sourire doux de s'afficher quelques secondes sur mon visage fatigué. C'est qu'il pouvait être très attentionné quand il le voulait. Peut-être même qu'il méritait que je... Non. J'étais censé lui faire la gueule et je devais m'y tenir. Décidément, ce bouquin m'ennuyait à mourir. Si je ne me retenais pas, je l'enverrai valser contre un mur ou alors sur le museau de Sirius pour l'emmerder. Bonne idée, Remus, comme si tu voulais en plus assomer ton meilleur ami. Tss.

Ses jappements brefs en réponse à mon affirmation me firent lever les yeux au ciel. Il n'était pas possible. Il avait peur d'être obligé de me répondre s'il se tenait en humain, alors il choisissait lachement la technique du chien. Et même si cela m'exaspérait au plus haut point, quelque part, je savais que je ne résisterai pas longtemps à cette bouille noire toute poilue. Une pression sur mes genoux m'indiqua qu'il tentait une fois de plus de me faire réagir, je me contentais de continuer à lire, encore et encore. Sans m'en rendre compte, je grattais quelques cicatrices d'un air distrait, un tic que j'avais lorsque j'étais nerveux. Alors Padfoot sauta sur le lit pour venir se coller à moi et je m'immobilisais à ce contact. Fermant les yeux alors que son souffle venait caresser ma joue, je m'apaisais au contact de sa douce chaleur. J'en avais besoin. J'avais besoin de mes amis pour me sentir soutenu, en vie. Je ne voulais pas finir comme tous ces loup-garou qui se morfondaient sur leur sort et finissaient par se détruire eux-mêmes. Un frisson me traversa. Pourtant, mon esprit n'était pas tout à fait apaisé, et je me dégageais alors, plus brusquement que je ne l'aurais voulu. Comme quoi, je pouvais être terriblement imprévisible quand je m'y mettais. Le repoussant un peu trop mollement pour pouvoir réellement lui faire du mal, je finis par dire doucement, d'une voix pleine d'émotions: "Tu n'aurais pas du faire ça, Paddy..." Ma colère était sous-jacente et menaçait à tout moment d'exploser. Seule ma volonté l'empêchait de fondre sur mon ami. Son surnom m'était venu naturellement. Quand j'étais en colère, j'utilisais Sirius ou Black, mais jamais ce surnom. Là, c'était différent. Il y avait au moins autant de déception que de colère, ce qui ne me mettait pas dans un état normal... Déçu parce que je ne pensais pas qu'il pourrait en arriver là. Même si Severus était un chieur qui passait son temps sur notre dos, et même très souvent sur le mien, je n'irais jamais jusqu'à lui faire du mal. J'avais même très envie de lui faire remarquer qu'il y avait des façons bien plus subtiles de le faire taire; en soutenant James pour qu'il arrive à l'éloigner de Lily par exemple... Touché au coeur, c'était là qu'il souffrirait le plus. "Qu'est-ce qui t'es passé par la tête? T'as cru que j'allais t'en débarrasser, c'est ça?" Je tremblais légèrement, plus que jamais sur les nerfs. Et ce n'était pas fini, puisque je sentais une certaine vague d'émotions m'assaillirent. Encore une fois merci ma lycanthropie pour cette sensibilité à fleur de peau. "Alors je ne suis qu'un outil de vengeance pour toi, c'est ça?" Ma voix se cassa alors que je sortais ce que j'avais vraiment sur le coeur. Parce qu'au fond, c'était d'être utilisé qui me dérangeait le plus. Tendu à l'extrême, une larme de douleur s'écoula sur ma joue, que j'essuyais avec rage avant de lancer un "Putain, tu fais chier!". Je voulais lui pardonner. Je mourrais d'envie de le serrer contre moi et de faire la paix. Mais dans l'état où j'étais, c'était pour l'instant physiquement impossible pour moi. Assis le plus loin possible de lui, je lui tournais sciemment le dos. Parce que c'était bien trop dur de le regarder. Ouais, ce n'était pas une bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black
Lion King

avatar
Messages : 32 Points : 1255 Date d'inscription : 15/09/2016

Message(#)Sujet: Re: You made me angry, now deal with it # Sirius   Dim 23 Oct - 18:53

Les choses te paraissent parfois plus simple quand tu es sous ta forme animale. Contrairement à ce que l'on peut croire, le fait de ne plus pouvoir s'exprimer avec des mots n'est pas vraiment un handicape. Loin de là. Le fait de ne pas pouvoir parler permet de s'exprimer d'une autre façon. Et puis, il faut être franc quand on a la possibilité de parler on dit souvent des conneries. Du coup, c'est peut-être mieux comme ça. Clairement, si tu n'avais pas de problèmes de puces à la longue, tu te serais certainement décidé à rester sous ta forme canine. Cependant, les puces restes vraiment une tané. Ça gratte, ça pique. Malgré tout, t'apprécies te balader sous cette forme. Attirer l'attention, recevoir des caresses, c'est plutôt agréable. Tu t'approches de lui et il te reproche ce que tu as fais la veille, mais ça tu le sais déjà. Seulement, ce qui est fait est fait, ce n'est pas comme si tu pouvais revenir en arrière. Tu te contentes de baisser les oreilles, signe que tu as compris et que tu comprends. Tu n'es pas si idiot que tu en as l'air. Il t'arrive parfois d'accepter de reconnaître tes tords.

Par contre, ce qu'il te dit ensuite est loin de te plaire. comment peut-il croire que tu te sers de lui. Jamais tu ne ferais ça. En réalité, tu pensais qu'il n'irait jamais aussi loin. Qu'il se sauverait en courant dès l'instant où il entendrait Moony hurler. Les Serpentards sont des froussards c'est bien connu. Sauf que chez lui, apparemment, la curiosité dépasse la lâcheté. Mauvaise pioche. C'te boulet! Remus insiste, il parle d'outil de vengeance et tout un tas de conneries du genre et ça ne te plaît absolument pas. Tellement que tu te mets à grogner de mécontentement. Il raconte vraiment n'importe quoi. Tu n'es pas de ceux qui se servent de ses amis. Surtout pas de Remus. Depuis que tu le connais, t'as toujours fais de ton mieux pour le protéger et même si c'est difficile à comprendre, ce que tu as fais à Servilus, c'était encore une fois pour le protéger. Pour qu'il arrête de vous suivre partout et cherche à découvrir le secret de ton ami. Tu t'y es peut-être mal pris, mais l'intention était là.

Finalement, sous la colère, tu te retransforme, te retrouvant sous ta forme humaine à quelques centimètres de Remus. Les yeux fixés sur le dos tourné du loup. T'es même pas sûr qu'il a capté ta transformation. « T'es sérieux là ? Tu penses vraiment que je pourrais t'utiliser ? » les mots te transpercent. Ça te fais vraiment mal de l'entendre penser ça de toi. « Je sais que je suis con, mais que tu le veuilles ou non, j'voulais juste qu'il arrête de te coller avec ses cheveux gras et qu'il te laisse respirer. » tu finis par quitter le lit, te redressant sur tes pieds. « Il devait partir bien avant que tu te transforme. Je voulais lui faire peur. Assez pour qu'il arrête de nous coller. » tu passes une main dans tes cheveux d'un noir d'encre. « J'voulais te protéger Moony » tu baisses les yeux, puis fais un par vers la porte. « Mais t'as raison, j'suis con, si con que j'pensais qu'tu pourrais m'pardonner. Apparemment j'me suis trompé. J'vais t'laisser tranquille. J'vais vous laisser tranquille. J'ai compris. Repose-toi, j'reviendrais plus. » les mots ne sont pas faciles à lâcher, mais après tout c'est peut-être la meilleure des solutions. T'as peut-être fait la connerie de trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus J. Lupin

avatar
Messages : 25 Points : 812 Date d'inscription : 21/10/2016

Message(#)Sujet: Re: You made me angry, now deal with it # Sirius   Lun 24 Oct - 22:13

Noyé dans ma colère, je tournais le dos à mon ami, peu enclin à faire preuve de pardon. Mon esprit semblait bloqué sur ce sentiment de déception que j'avais ressenti lors de cette soirée, et vu que l'adrénaline du loup était encore présente, je n'arrivais pas à être totalement lucide. Autant dire que Sirius avait choisi le parfait moment pour venir se faire pardonner. Je savais que mes paroles avaient pu le blesser, je m'en étais rendu compte au moment même où elles sortaient de ma bouche. Mais ce qui était dit était dit, je ne pouvais pas revenir en arrière... Alors mes yeux fixaient le mur intensément, priant pour que les larmes qui s'y cachaient ne prendraient pas plaisir à s'évader. Le silence se fit plus lourd et pendant quelques instants je me demandais si mon ami n'était tout simplement pas parti de la pièce.

Lorsque sa voix résonna derrière mon dos, je sursautais, surpris d'entendre qu'il avait retrouvé sa forme humaine. C'était un signe. Surement que je l'avais touché par mes mots, et même si je m'en voulais, je ne pouvais pas me contredire tout de suite. Sa question me transperça le coeur. Non. Bien sûr que non que jamais il ne m'utiliserait. Sirius était l'un de mes meilleurs amis, il n'en était pas capable. Et moi, idiot borné et nerveux que j'étais, je lui avais craché ma colère au nez, sans me rendre compte de ce que cela pourrait lui faire. Je sentais au ton de sa voix qu'il souffrait, et sa souffrance était aussi la mienne. Il y avait tant d'empathie entre nous que ça en devenait parfois étouffant. Sa voix reprit pour s'expliquer et plus les mots explosaient, plus je m'afaissais, honteux d'avoir été si dur avec lui. Je restais toutefois muet. Et il continuait. Jusqu'au moment où il lacha qu'il voulait me protéger. Mon coeur se serra et des larmes coulèrent le long de mes joues. Il devait arrêter, il fallait qu'il arrête, je ne voulais pas qu'il réagisse ainsi. Ses derniers mots finirent d'achever les dernières barrières qui m'empêchaient de lui répondre. "Paddy!" Je me levai brusquement pour arriver derrière son dos. Hésitant, je vins poser une main sur son épaule, comme pour le retenir. Tout mon être me hurlait de le prendre dans mes bras, de l'empêcher de partir tout simplement. Toutefois j'avais peur d'aller trop loin et de ne faire que renforcer sa colère. Qui savait comment un animal en colère pouvait réagir si on le mettait en cage? Ma voix se fit tremblante, presque suppliante. "Ne t'en vas pas... S'il te plait... Ne..." Doucement je m'approchais de lui et je vins poser ma tête contre son dos, quémandant silencieusement un moment de paix. Je ne voulais pas être seul, et je ne voulais pas qu'il s'en aille en pensant qu'il n'était plus le bienvenu ici. Sirius était bien plus que mon meilleur ami, il me comprenait mieux que personne et je ne pouvais pas le perdre. Pas de cette manière. "Je ne voulais pas dire ça... J'étais en colère, Sirius... Je suis... Je suis toujours en colère. Mais j'aurais pas du te dire ça, désolé." Je déglutis difficilement avant de reprendre. Qu'est-ce qu'il était difficile d'exprimer ce que j'avais en tête! Comment lui faire comprendre que jamais je ne pourrais lui en vouloir au point de le chasser? "Parfois, j'ai juste l'impression d'être idiot dans ces périodes-là..." Mon ton s'était fait légèrement plus moqueur sur la fin. Et un sourire avait doucement pris place sur mon visage. Parce que c'était Sirius l'idiot en général. Alors oui, c'était une tentative désespérée de le retenir, mais c'était tout ce que j'avais pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black
Lion King

avatar
Messages : 32 Points : 1255 Date d'inscription : 15/09/2016

Message(#)Sujet: Re: You made me angry, now deal with it # Sirius   Mar 25 Oct - 2:22

Ce qu'il faut savoir sur Sirius Black, c'est qu'il serait prêt à subir n'importe quoi pour eux, même l'exile.
Les mots de Remus te blessent. Tu sais que la pleine lune ne le rend pas des plus tendre, mais il n'a jamais été aussi dur avec toi. Tu sais que ce que tu as fait n'est pas très glorieux et si c'était à refaire, tu ne le referais pas. Malgré tout, il ne mâche pas ses mots. Et chacun d'entre eux te donne l'impression d'une dague qui te lacère le coeur. Tes amis sont tout pour toi et que l'un d'entre eux puisse te juger aussi sévèrement ce n'est pas très agréable. À la limite, tu préfères encore être collé avec Russard que d'entendre Remus te dire que tu te sers de lui. Jamais tu n'oserais faire une chose pareille. Les Maraudeurs sont devenus ta seule famille, les seules personnes sur qui tu peux compter, alors tu ne prendrais pas les risques de te servir de l'un d'eux au risque de les perdre. Les accusations t'ont tellement touché que tu as préféré reprendre ta forme humaine pour pouvoir y répondre. Tu ne pouvais pas rester muet face à tant de mensonges. Tu te serais bien mis à grogner, mais tu ne tiens pas vraiment à réveiller le loup pas encore tout à fait en sommeil chez ton ami. Mieux vaut rester prudent. Pourtant, tu n'as pas pu rester silencieux, surtout pas sous ta forme humaine. Il t'as fallut l'ouvrir, au moins pour dire ce que tu avais sur le coeur. Ce matin, ils ne t'ont pas laissé le temps de t'expliquer, tu as juste eu le droit à des reproches sans te laisser le temps d'en placer une. Remus est important pour toi et même s'il pense que tu as fais ça pour lui nuire, au début c'était une bonne action. Ça a mal tourné, mais ce n'était pas vraiment prévu. Absolument pas, même. Tu lui explique, t'aimerais qu'il comprenne que tu ne lui a jamais voulu de mal, que t'as essayé de le protéger à ta manière. T'y peux rien, si parfois te plans ne tournent pas comme tu t'y attendais. Sauf que ça n'a pas l'air de le toucher le moins du monde. Alors tu préfères partir, ça ne sert à rien de rester ici, à attendre qu'une chose n'arrive jamais. Si Remus décide de t'en vouloir indéfiniment et bien, soit, mais tu n'as pas l'intention de te traîner à ses pieds pour que ça change. Le temps fera son oeuvre. Tu seras patient pour une fois. Tu préfères partir, ça ne sert à rien d'insister. Il a besoin de se reposer, de reprendre des forces après la pleine lune. Ça ne sert à rien de discuter.

Tu t'apprêtes à quitter la pièce quand tu sens une main sur ton épaule. Tu te stoppes. Tu ne te retournes pas pour autant, attendant de voir s'il se décide à dire autre chose. Tu n'aimes pas être en froid avec Remus. T'as besoin de lui, de ses paroles, de ses conseils, de sa personne. Il te demande de rester et tu ne réponds rien, toutefois, tu ne bronches pas. Tes pieds te semblent scotché au sol. Tu peux sentir sa tête se poser dans ton dos. Tu fermes les yeux un instant. Il te dit qu'il n'aurait pas du te parler comme ça. Il a certainement raison. Le souaffle est au centre. Un mince sourire se dessine sur tes lèvres lorsqu'il te dit qu'il est parfois un idiot. « Tu l'es plus souvent que tu ne le crois Moony » il ne faut pas croire, ce n'est pas parce que Remus est le plus sage, qu'il ne lui arrive pas parfois d'être idiot. Ce n'est pas un extraterrestre non plus. Il reste humain - malgré ce qu'il peut penser - et il a aussi le droit à son lot d'erreur. Tu finis par te retourner, lui faisant face. « J'veux pas qu'on soit fâché, j'ai besoin de mon Gemini » la conscience d'un gamin en bois, de ce qu'on t'as raconté. C'est un peu ce qu'est Remus pour toi, la voix de ta conscience. D'ailleurs, c'est parce que tu n'as pas pu lui en parler que tu as fais cette connerie avec Rogue. Sinon, il aurait su trouver les mots pour te dissuader. Il arrive toujours à trouver les mots qu'il faut pour t'empêcher de faire tes pires conneries. « J'sais que j'ai merdé, j'aurai pas dû attirer l'autre vipère aussi près de toi, mais j'pensais vraiment qu'il s'enfuirai avant et que tu pourrais passer tes pleines lunes tranquille.  » tu sais à quel point ces périodes sont difficiles pour lui et tu ne voulais juste pas rajouter un fouineur à tout ça. « Et j'veux pas vous perdre pour ça. Ni toi, ni les autres. Vous êtes ma famille et t'es le mieux placé pour le savoir » parce que c'est avec lui que tu parles le plus facile. Bien sûr, James est ton frère de coeur, celui qui te ressemble le plus, ton jumeau d'une autre mère, mais Remus reste celui qui sait le mieux écouter. Ça a toujours été comme ça dans votre groupe et il n'y a pas de raison que ça change.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus J. Lupin

avatar
Messages : 25 Points : 812 Date d'inscription : 21/10/2016

Message(#)Sujet: Re: You made me angry, now deal with it # Sirius   Lun 31 Oct - 23:32

Je l'avais blessé. Et je le regrettais, même si sur le coup, ma colère intérieure m'avait aveuglé au point que je ne me rendais pas compte de la dureté de mes mots. J'avais tout simplement déversé ce trop-plein d'émotions qui s'accumulait dès lors que l'on s'approchait de la pleine lune. Pas de chance pour Sirius, sa connerie avait juste été la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase. Maintenant que les mots étaient sortis, un peu trop vite à mon goût, je me sentais coupable d'avoir été trop dur. Culpabilité, again. Alors je l'avais rattrapé, je l'avais retenu à ma manière, refusant qu'il s'en aille. Etre seul était pire qu'être en colère. Parce que la solitude associée à ma nervosité me rendait parfois fou, au point que j'en détruisais tout ce qu'il y avait dans la pièce. Il était déjà arrivé à mes amis de me retrouver cloitré dans un coin, les points en sang. Je leur en demandais déjà tellement, je ne pouvais pas rester fâché contre eux... Un léger sourire se dessina sur mon visage tandis que Padfoot répliquait sur notre imbécilité mutuelle. Il n'avait pas tord. Après tout, je pouvais bien être le dernier des idiots quand je m'y mettais. Et vu comme j'étais buté en plus de ça, ça n'arrangeait rien... Au moment où il commença à se retourner, je relevais ma tête, mon regard pâle pouvant enfin croiser celui d'ébène de mon ami. La référence à Pinocchio me fit sourire, bien malgré moi. Sirius retenait tout un tas de choses que je lui racontais, en particulier des histoires du monde moldu. Quand en plus, je lui faisais découvrir de nouveaux sons, il était aussi enthousiaste qu'un chiot découvrant une balle de tennis pour la première fois... "Je ne veux pas non plus qu'on soit fâché... J'ai besoin de vous tous à mes côtés, j'ai besoin de toi." Cela sonnait étrange et pourtant c'était la stricte vérité. Mes amis étaient les piliers de mon existence. Sans eux, toute ma vie s'effondrait, ainsi que ma confiance et ma joie de vivre. Sirius était de loin celui qui arrivait à me dérider un peu, à oublier ma condition. Il était mon confident en réalité. Je soupirais doucement en l'entendant s'expliquer. Oui, il avait merdé, c'était certain. En pensant bien faire, comme à son habitude. Severus était un vrai fouineur quand il le voulait et il était vrai que je devais redoubler de vigilance pour ne pas me trahir... J'haussais les épaules, un sourire compréhensif sur les lèvres. Le loup en moi s'était calmé, mon esprit se faisait plus vif, plus clair. "Tu voulais bien faire... La prochaine fois, tu m'en parleras avant..." D'ordinaire, je savais le raisonner quand il allait trop loin. Cette fois, je n'en avais pas eu l'occasion et on voyait ce que ça donnait... Au ton de sa voix, je sentis qu'il avait vraiment peur de nous perdre, de me perdre. Notre famille... Oui, ils étaient ma famille. Quant à Sirius, il était définitivement celui dont j'étais le plus proche, ou du moins celui qui me comprenait le mieux. Je ne pouvais pas le perdre. Je posais une main sur son épaule, un sourire plus joyeux sur mon visage. "Tu ne vas pas nous perdre... Toutes les conneries du monde ne pourront jamais nous séparer, je te le promet. Comme si on allait s'en sortir sans notre cabot favori!" Le tirant légèrement vers moi, je le pris dans les bras, le serrant comme une bouée de sauvetage. Je le relachais doucement avant de lui demander, une pointe d'inquiétude dans la voix: "Et toi, tu promets de ne jamais me laisser tomber?" On aurait dit l'un de ces films à l'eau de rose que regardait ma mère et où tous les personnages avaient l'air extrèmement niais. Mais dans le fond, qui s'en souciait réellement?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black
Lion King

avatar
Messages : 32 Points : 1255 Date d'inscription : 15/09/2016

Message(#)Sujet: Re: You made me angry, now deal with it # Sirius   Dim 6 Nov - 22:50

Depuis ton arrivée ici et ta rencontre avec les Maraudeurs ta vie n'est plus la même. Ils sont devenus la famille que tu as perdu dès lors où tu es rentré à Gryffondor. Le pire, c'est qu'ils t'ont toujours mieux compris que ta "vraie" famille. Eux, on accepté de te prendre comme tu es, sans essayé de te changer, sans te reprocher d'être différent des autres. Tout le contraire des Black. Voilà pourquoi tu ne veux pas prendre le risque de les perdre, parce que maintenant que tu les as trouvé, tu ne sais pas vraiment ce que tu ferais sans eux. Plus que perdu, tu te sentirais certainement vide. Le sourire qui éclaire son visage est vraiment agréable à voir et t'enlève un poids des épaules. Tu sais qu'il va falloir du temps pour qu'il te pardonne, mais s'il accepte déjà de te sourire, c'est un bon début. Remus est celui qui te comprend le mieux. Celui qui te ressemble le plus, malgré les apparences. Le chien et le loup. Il te demande de t'en parler, la prochaine fois que tu auras une idée de ce genre. « Promis, je t'enverrais un hibou pour te prévenir de me intentions. » tu souris à l'idée. Il te rassure, tu ne les perdra pas. Il sait à quel point c'est important pour toi. Les Maraudeurs sont ta famille. Le surnom te fait rire. Cabot. Non, mais quoi encore ? Bon, okay, habituellement c'est toi le pro des surnoms de ce genre, mais apparemment aujourd'hui, Moony a décidé de te piquer tes habitudes. Tu ne lui en veux pas et tu trouves ça plutôt drôle en réalité. « Je me sentirais seul sans vous » ce n'est que la réalité. Au fil des années toute ta vie a fini par tourner autour des autres Maraudeurs, c'est plutôt bizarre dit comme ça, mais c'est pourtant la vérité.

Un léger sourire se dessine sur tes lèvres quand il te prend dans ses bras. Il a une odeur spéciale, de celle qu'il a toujours après la pleine lune. Malgré ce que ça signifie, t'aimes bien cette odeur. C'est animal, sauvage. Ça te rappelle les nuits de pleine lune où vous courrez un peu partout pour occuper Remus, les longues heures où tu restes sous ta forme de chien pour rassurer ton meilleur ami après la nuit la plus difficile du mois. Il te demande de lui promettre de ne jamais le laisser tomber. La question ne se pose même pas. « Est-ce qu'un match de Quidditch est possible sans vif d'or ? » non, ce n'est pas possible, tout comme ta vie sans Remus. Il est la voix de ta conscience et sans lui t'as peur de devenir comme ta famille et tu n'y tiens pas du tout. Tu ne veux pas perdre ton âme comme ta mère. Ton regard se perd un instant dans celui du loup. « Jamais je ne te laisserai tomber. Peu importe ce qui arrive. Toi et moi, c'est pour la vie, n'est-ce pas ? » c'est niais, carrément, mais t'as besoin d'être rassuré, de savoir que tu ne risques pas de le perdre à cause d'une bêtise. Après ce que tu as fais avant la pleine lune, t'as besoin d'être rassuré, un peu comme un gosse.

Tu l'observes un instant. Il a l'air complètement fatigué. Pas étonnant le lendemain de la pleine lune. Il doit se reposer. Tu poses ta main sur l'épaule de Remus. « Tu devrais retourner t'allonger Moony. Il faut que tu reposes. Je t'ai amené du dictame pour soigner tes griffures. » tu sais qu'il en a besoin en général, à cette période du mois. Les transformations sont douloureuses et une fois fini, il est rarement dans un bon état. « Je peux te laisser seul si tu veux » tu ne sais pas s'il préfère que tu restes, comme d'habitude, ou s'il veut se retrouver en tête-à-tête avec lui-même. Tu ne veux pas t'imposer, lui imposer ta présence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus J. Lupin

avatar
Messages : 25 Points : 812 Date d'inscription : 21/10/2016

Message(#)Sujet: Re: You made me angry, now deal with it # Sirius   Dim 22 Jan - 19:14

Avec Sirius, je me sentais moins seul face au loup, comme si sa seule présence suffisait à occulter mon autre personnalité et qu'il servait de pare-feu entre nous deux. J'avais besoin de lui, j'avais peur de m'abandonner à l'animal si mes amis n'étaient pas là pour me rappeler qui j'étais derrière ces cicatrices. Un sourire éclaircit à nouveau mon visage tandis qu'il me promettait de m'envoyer un hibou au cas où il ait encore de merveilleuses idées. Je ne doutais pas qu'il me prévienne à l'avenir, et même si le ton taquin avec lequel il l'avait annoncé aurait du m'agacer, je ne pouvais lui en tenir rigueur. Pas à mon meilleur ami dont l'humour était légendaire, tout autant que ses superbes cheveux noirs de jais. Son rire me mit du baume au coeur. Parmi les maraudeurs, je n'étais pas celui qui était connu pour ses éclairs d'humour, toutefois, je savais me montrer joyeux et inventif quand il le fallait. Et surtout, je savais que trouver des surnoms stupides était la petite manie de Sirius, et donc que cela lui plairait. C'est aussi à cela que servent les amis, à se moquer gentiment les uns les autres. Mon regard se fit plus doux alors que mon meilleur ami avouait qu'il se sentirait seul sans nous. Comme chacun d'entre nous. Les Maraudeurs étaient fait pour être ensemble, à jamais ensemble. Ma vie n'avait pas de raisons d'être sans eux. Ils étaient mon ultime soutien dans cette vie que je trouvais souvent trop injuste. Et leurs simples vies étaient de vrais romans qui me distrayaient jours et nuits... L'étreinte que j'ai engagée me paraît presque trop courte, le contact avec Sirius servant de baume sur mon coeur blessé. Je secouais la tête pour répondre à sa question, même si je n'avais pas besoin de le faire. Bien entendu qu'il ne me laisserait pas tomber, comment est-ce que j'avais pu le penser juste un instant? La métaphore du Quidditch me fit sourire légèrement. Je n'étais pas un grand fan de ce sport, je préférais avoir les pieds sur terre. Je respectais cet engouement qu'avaient mes amis pour ce sport de haut vol, tant qu'ils ne m'obligeaient pas à monter sur un balai avec eux. Son regard se perdit dans le mien, à nouveau. Et mon coeur manqua un battement. "Pour la vie!" J'hésitai un moment avant de rajouter doucement: "C'est con mais... je ne crois pas que je survivrai sans... vous." J'aurais voulu dire sans toi. Mais les autres Maraudeurs étaient aussi importants. Je savais que c'était faux. Que je pourrais survivre seul. Mon corps serait en vie, toutefois mon âme serait vide, morte. Et le loup prendrait le dessus.

C'était fou mais j'avais l'impression qu'on essayait de se rassurer l'un l'autre. Et puis soudain, sa main sur mon épaule me fait sursauter. Je baissais la tête avant de soupirer doucement. Alors, ça se voyait tant que ça? Je ne voulais pas qu'on s'apitoie sur mon sort, ce n'était pas mon but. J'haussais doucement les épaules d'un air défaitiste. "J'ai essayé de me reposer, je n'y arrive pas. J'ai peur que ce soit plus long cette fois-ci... Mais merci pour l'essence de dictame!" Je me dirigeais doucement vers le lit, dans l'espoir d'être assez calmé pour me reposer. J'attrapais le flacon de dictame qui se trouvait sur ma couverture. Mon regard se perdit sur l'étiquette de la potion, cherchant sûrement à trouver le courage de l'ouvrir. La voix de mon ami me ramena à moi, et je lui lançais un regard presque désespéré. "Non, reste, s'il te plaît." Pas question de me retrouver seul une fois de plus. Le loup n'était pas loin, j'avais besoin de mon canidé préféré pour le maintenir en laisse. Et puis, il se pourrait bien que j'ai besoin de lui pour autre chose. J'ouvrais le flacon de dictame avant de le tendre à Sirius. "Tu veux bien m'aider? Y'a certaines griffures que je n'arrive pas à atteindre tout seul..." Sa main frôla la mienne alors qu'il prenait le flacon, et je me sentis rassuré qu'il reste. Il n'aurait pas osé m'abandonner. Pas maintenant. M'apercevant qu'il attendait que je lui montre où appliquer l'essence de dictame, je me retournais avant d'enlever mon t-shirt, lui offrant alors la vue de mon dos. Plusieurs griffures le barraient de part en part, dont certains me lançaient plus que d'autres. "Tu peux y aller, j'ai l'habitude..." Je savais que ces blessures, je me les étais infligées pour éviter de m'en prendre à d'autres. J'espérais toujours qu'un jour, je n'en viendrais pas à m'attaquer à mes amis. Si je les blessais, je crois bien que je ne me le pardonnerais jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Message(#)Sujet: Re: You made me angry, now deal with it # Sirius   

Revenir en haut Aller en bas
 

You made me angry, now deal with it # Sirius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Impossible Made Possible. Fè san sòt lan wòch? Lamizè ayisyen
» Recherche au Deal
» [DECK-LIST EDH] : Angry Hermit.
» PREVAL POCKETS $10,000,000 IN TELECO DEAL
» PACKAGE DEAL parfait pour les series

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tempus Tenebris  :: Turn back time :: Flashback-